Logo Commune de Paron

GUIDE
« VOS DROITS ET DÉMARCHES »
POUR LES PARTICULIERS

Accueil particuliers / Famille / Adoption / Adoption d’un mineur par une personne seule

Adoption d’un mineur par une personne seule

Vous pouvez adopter seul un enfant mineur même si vous êtes marié ou en couple, sous certaines conditions. La procédure se déroule devant le tribunal judiciaire. C’est l’adoptant qui doit faire la demande de l’adoption. L’adoption produit des effets, notamment en matière de filiation , d’autorité parentale et d’obligation alimentaire .

L’adoption peut être simple ou plénière .

Dans le cas de l’adoption simple, les liens avec la famille d’origine sont maintenus.

Dans le cas de l’adoption plénière, à l’inverse, il y a une rupture totale des liens de l’adopté avec sa famille d’origine.

Adoption simple

L’adoption simple crée un lien de filiation entre l’adoptant et l’adopté, sans que les liens entre l’adopté et sa famille d’origine soient rompus.

Quelles conditions doit remplir l’adoptant ?

Âge

Vous devez avoir plus de 26 ans.

Différence d’âge entre l’adoptant et l’adopté

Vous devez avoir 15 ans de plus que l’adopté.

Le tribunal peut tout de même prononcer l’adoption si la différence d’âge est inférieure à 15 ans pour de justes motifs, par exemple si vous adoptez une fratrie.

À savoir

vous pouvez adopter seul, mais si vous êtes marié et non séparé de corps ou uni par un Pacs, l’autre membre du couple doit consentir à cette adoption.

Quels enfants peuvent être adoptés ?

Un enfant est adoptable s’il se trouve dans l’une des situations suivantes :

Attention

si l’enfant a plus de 13 ans, il doit donner son accord devant un notaire. S’il est hors d’état de consentir, le tribunal doit recueillir l’avis d’un administrateur ad hoc .

L’adoption entre grands-parents et petits-enfants et entre frères et sœurs est en principe interdite, sauf s’il existe des motifs graves.

Démarches

1. Demande d’agrément

Vous devez obtenir au préalable un agrément si vous souhaitez adopter un pupille de l’État, un enfant étranger ou un enfant de la famille.

Attention

vous n’avez pas besoin d’agrément si vous adoptez de l’enfant de votre époux, de votre partenaire de Pacs, ou de votre concubin. Vous n’avez pas non plus besoin d’agrément si vous adoptez un enfant qui a un lien de parenté ou d’alliance jusqu’au 6e ^^ degré (cousin germain).

2. Demande d’adoption

Une fois obtenu l’agrément, vous devez déposer votre demande d’adoption auprès des services du département de l’aide sociale à l’enfance (ASE).

Services du département

Vous êtes inscrit d’office sur une liste départementale qui vous permet d’être choisi comme adoptant par le conseil de famille des pupilles de l’État.

À noter

link:/Particuliers/F935[] en cas link:/Particuliers/F935[d'adoption d'un enfant à l'étranger] , vous devez vous adresser à l'Agence française de l'adoption ou un organisme autorisé pour l'adoption internationale.

3. Procédure devant le tribunal

Vous adressez votre requête sur papier libre ou à l’aide du formulaire cerfa n°15737 au procureur de la République .

La requête doit être déposée ou envoyée par lettre recommandée avec accusé de réception au tribunal judiciaire de votre résidence.

Tribunal judiciaire

Vous pouvez faire une demande en adoption sans recourir à un avocat si l’enfant dont vous demandez l’adoption a été recueilli à votre foyer avant ses 15 ans .

Le recours à un avocat est obligatoire si l’adopté a été recueilli après ses 15 ans.

Si vos ressources sont insuffisantes, vous pouvez demander à bénéficier de l’aide juridictionnelle .

Après examen, le greffier vous notifie la décision.

Vous pouvez contester la décision devant la cour d’appel dans un délai de 15 jours.

Quels sont les effets de l’adoption ?

Si l’adoption simple est prononcée par le juge, plusieurs effets vont se produire.

Lien avec la famille d’origine

L’adopté conserve tous ses liens avec sa famille d’origine.

Autorité parentale

Obligation alimentaire

L’adoption créée entre l’adopté et vous une obligation alimentaire réciproque. Si l’adopté se trouve dans le besoin, vous devez, en fonction de vos ressources, lui apporter une aide financière. De même, l’adopté peut être amené à vous verser des aliments .

Les parents biologiques de l’adopté ne doivent pas en principe lui apporter d’aide financière. Ils doivent l’aider financièrement uniquement si l’adopté prouve qu’il ne peut pas obtenir d’aide de son parent adoptif.

Nom et prénom de l’adopté

Votre nom s’ajoute au nom de l’adopté ou le remplace. Dans ce dernier cas, l’adopté, s’il a plus de 13 ans, doit donner son consentement.

Vous pouvez demander au tribunal judiciaire un changement de prénom de l’adopté. Si l’enfant a plus de 13 ans, il doit donner son accord.

Nationalité

L’adoption simple ne permet pas à l’enfant adopté d’acquérir automatiquement la nationalité française. L’enfant qui a fait l’objet d’une adoption simple par un Français doit la demander en faisant une déclaration .

Succession

L’adopté hérite des 2 familles (famille d’origine et parents adoptifs).

Toutefois, il n’est pas héritier réservataire à l’égard de ses grands-parents adoptifs. Ceux-ci peuvent le déshériter.

Mariage

Le mariage est interdit entre l’adopté et sa famille d’origine, de même que dans la famille de l’adoptant.

Révocation

Seul le ministère public peut demander la révocation (c’est-à-dire l’annulation) de l’adoption.

Adoption plénière

L’adoption plénière crée un lien de filiation entre l’adoptant et l’adopté. Les liens entre l’adopté et sa famille d’origine sont rompus.

Quelles conditions doit remplir l’adoptant ?

Âge du parent adoptif

Vous devez avoir plus de 26 ans.

Attention

Différence d’âge entre l’adoptant et l’adopté

Toutefois, le tribunal peut accorder une dérogation pour de justes motifs (adoption d’une fratrie, par exemple).

À savoir

vous pouvez adopter seul mais, si vous êtes marié et non séparé de corps ou uni par un Pacs, l’autre membre du couple doit consentir à cette adoption.

L’adoption entre grands-parents et petits-enfants et entre frères et sœurs est en principe interdite, sauf s’il existe des motifs graves.

Quels enfants peuvent être adoptés ?

Enfant de moins de 15 ans

Un enfant est adoptable s’il se trouve dans l’une des situations suivantes :

Attention

si l’enfant a plus de 13 ans, il doit donner son accord devant un notaire. S’il est hors d’état de consentir, le tribunal doit recueillir l’avis d’un administrateur ad hoc .

Enfant de plus de 15 ans

Un enfant est adoptable s’il se trouve dans l’une des situations suivantes :

L’adoption plénière d’un jeune de plus de 15 ans est possible dans les 2 cas suivants :

  • L’adoptant a accueilli dans son foyer l’enfant avant ses 15 ans, mais il ne remplissait pas les conditions pour l’adopter

  • L’adoptant a adopté l’enfant avant ses 15 ans en la forme simple

Dans ces 2 cas, vous pouvez demandez son adoption jusqu’à ses 21 ans .

Attention

l’enfant doit donner son accord devant un notaire.

Démarches

1. Demande d’agrément

2. Placement de l’enfant en vue de l’adoption

Une fois l’agrément obtenu, l’enfant vous est confié par l’autorité qui en a la charge (ASE…​).

L’enfant doit vous être confié au moins 6 mois avant de pouvoir saisir le tribunal de la demande d’adoption.

Pendant la période du placement, vous pouvez accomplir les actes usuels de l’autorité parentale.

3. Procédure devant le tribunal

Vous adressez votre requête sur papier libre ou à l’aide du formulaire cerfa n°15742 au procureur de la République .

La requête doit être déposée ou envoyée par lettre recommandée avec accusé de réception au tribunal judiciaire de votre résidence.

Tribunal judiciaire

Vous pouvez faire une demande en adoption sans recourir à un avocat si la personne dont vous demandez l’adoption a été recueillie à votre foyer avant ses 15 ans .

Le recours à un avocat est obligatoire si l’adopté a été recueilli après ses 15 ans .

Si vos ressources sont insuffisantes, vous pouvez bénéficier de l’aide juridictionnelle .

Le tribunal vérifie si les conditions légales de l’adoption sont remplies. Il peut faire procéder à une enquête et à tout examen qui lui semble nécessaire. Le juge accepte ou non l’adoption. Il peut prononcer l’adoption simple même il a été saisi d’une demande d’adoption plénière.

Le greffier vous notifie la décision rendue. Vous pouvez contester la décision devant la cour d’appel dans un délai de 15 jours.

À savoir

la procédure est différente en cas d’adoption d’un enfant à l’étranger .

Quels sont les effets de l’adoption plénière ?

Si l’adoption plénière est prononcée par le juge, plusieurs effets vont se produire.

Lien avec la famille d’origine

L’adopté acquiert une nouvelle filiation qui remplace celle d’origine.

Un nouvel acte de naissance est établi.

L’acte de naissance d’origine est annulé et ne peut plus être communiqué.

L’adopté est inscrit sur votre livret de famille comme si vous êtes son parent biologique.

Autorité parentale

Vous (le parent adoptif) exercez seul l’autorité parentale.

Obligation alimentaire

L’adoption créée entre l’adopté et vous une obligation alimentaire réciproque.

Si l’adopté se trouve dans le besoin, vous devez, en fonction de vos ressources, lui apporter une aide financière. De même, l’adopté peut être amené à vous apporter une aider matérielle.

Nom et prénom

L’adopté prend le nom de l’adoptant qui remplace son nom initial.

Il est possible de demander au juge un changement de prénom de l’adopté.

Si l’adopté a plus de 13 ans, il doit donner son accord.

Nationalité

L’enfant adopté pendant sa minorité acquiert automatiquement la nationalité française dès lors que l’adoptant est Français. Il est considéré alors Français dès sa naissance.

Mariage

Le mariage est interdit entre l’adopté et sa famille d’origine, de même que dans la famille de l’adoptant.

Droit à la succession

Les liens avec sa famille d’origine étant rompus, il n’hérite pas de cette famille et celle-ci n’hérite pas de lui.

Révocation

L’adoption plénière est irrévocable . Un parent ne peut pas changer d’avis.

Direction de l’information légale et administrative

24/02/2022

Questions / réponses

Préparer votre démarche à l’aide de formulaires

A voir aussi :

Définitons

Filiation : Lien juridique entre un enfant et son père et/ou sa mère

Autorité parentale : Ensemble de droits et de devoirs ayant pour finalité l’intérêt de l’enfant. Elle appartient aux parents ou à une tierce personne sur décision du juge, jusqu’à la majorité ou l’émancipation de l’enfant. Elle sert à protéger l’enfant dans sa sécurité, sa santé et sa moralité, pour assurer son éducation et permettre son développement, dans le respect dû à sa personne.

Obligation alimentaire : Aide qui consiste à fournir à un membre de sa famille tout ce qui lui est indispensable pour vivre (nourriture, vêtements, logement, soins médicaux,etc.)

Conseil de famille : Assemblée de parents ou de toutes personnes qualifiées, chargée sous la présidence du juge des contentieux de la protection, d’autoriser certains actes importants accomplis au nom de la personne sous tutelle

Administrateur ad hoc : Personne chargée d’accompagner juridiquement un mineur non émancipé afin de protéger ses intérêts

Procureur de la République : Magistrat à la tête du parquet (ou ministère public). Il est destinataire des plaintes et signalements. Il dirige les enquêtes, décide des poursuites et veille à l’application de la loi.

Notification : Formalité par laquelle un acte de procédure ou une décision est porté à la connaissance d’une personne

Aliments : Somme versée par une personne à un proche parent (père, mère, grands-parents ou enfants) pour lui permettre d’assurer les besoins nécessaires à sa vie quotidienne

Héritier réservataire : Enfant, ou en l’absence d’enfant, l’époux, à qui la loi attribue une part d’héritage minimale

Parquet (ou ministère public) : Corps de magistrats représentant les intérêts de la société devant les juridictions

Irrévocable : Définitif, sur lequel on ne peut revenir

Pour en savoir plus

Références